Cuba : Carte SIM prépayée

Cuba a été l’un des pays les moins connectés du monde. Un voyage sur cette île des Caraïbes est encore comme une promenade dans les souvenirs d’un lieu d’il y a 30 ans. L’embargo américain a entravé tout développement du système de téléphonie mobile et de l’accès à internet, mais l’assouplissement des restrictions depuis 2016 apporte de nouvelles opportunités et un changement rapide est en marche.

Fin 2018, l’internet mobile a enfin été ouvert aux Cubains et les étrangers peuvent désormais acheter des cartes SIM sous certaines conditions. C’est pourquoi ce pays est dorénavant sur liste grise selon nos règles car il y a beaucoup de conditions à respecter. Pour aller à Cuba, nous listons également les alternatives d’itinérance et les hotspots WiFi. Mieux vaut compter sur plusieurs moyens pour rester connecté, lorsque vous allez à Cuba, pour autant que vous ayez besoin d’un accès Internet fiable.

Principes de base

Téléphonie mobile à Cuba

Tous les services téléphoniques à Cuba sont fournis par ETECSA (pour Empresa de Telecomunicaciones de Cuba S.A.), une entreprise d’État. C’est le seul acteur pour les lignes fixes, la téléphonie mobile et l’accès à Internet sur l’île. Dans chaque ville de l’île, vous trouverez un bureau d’ETECSA pour les services de base.

Le service de téléphonie mobile est fourni par deux sociétés différentes sous le toit d’ETECSA :

  • Cubacel
  • C-com

C-com, également appelée Celulares del Caribe n’est pas accessible, cet article se concentre donc sur Cubacel.

Le service de téléphonie mobile ou cellulaire à Cuba est cher et doit être payé en pesos cubains convertibles (CUC) par les locaux également, ce qui limite fortement le nombre d’abonnés.

Internet à Cuba

L’Internet à Cuba se caractérise par un faible nombre de connexions, une bande passante limitée, une certaine censure et un coût élevé. Cuba a le plus faible ratio d’ordinateurs par habitant d’Amérique latine et le plus faible ratio d’accès à Internet de tout l’hémisphère occidental. Le principal obstacle pour la population locale est donc d’aller en ligne, car l’infrastructure nationale de télécommunications de Cuba est limitée et ne convient qu’aux premiers jours de l’internet.

L’île dépendait de quelques liaisons par satellite sans bande passante importante. En 2011, la nouvelle liaison par câble à fibre optique vers le Venezuela a été lancée, mais retardée pendant des années. Depuis 2015, il semble être opérationnel et donne plus de vitesse aux quelques utilisateurs jusqu’à présent. Mais les temps changent : en 2016, ETECSA a lancé un programme pilote pour que l’internet haut débit soit déployé dans quelques foyers cubains à La Havane. En 2017, des tarifs très élevés pour l’internet domestique ont été annoncés et un essai pilote a commencé. En 2018, les premiers essais pour l’internet mobile sur les cartes SIM locales ont commencé, avant qu’il ne soit finalement lancé à la fin de l’année. Cuba a été l’un des derniers pays au monde à ouvrir l’internet mobile à ses citoyens en 2018.

Étonnamment, il n’y a pas beaucoup de censure autour. La plupart des sites web des organisations médiatiques internationales, des messageries et des médias sociaux sont librement accessibles. Seuls quelques sites de groupes de lutte contre le gouvernement cubain, basés aux États-Unis, sont bloqués. Le principal moyen de « filtrer » l’internet reste le manque d’accès pour la population locale, son coût élevé et sa lenteur.

Cubacel (par ETECSA)

Beaucoup considèrent Cubacel comme le seul fournisseur de téléphonie mobile à Cuba, C-com restant invisible. Cubacel a commencé avec un réseau TDMA sur 800 MHz qui a été mis hors service en 2009.

Il s’agit d’un réseau GSM sur 900 MHz dans tout le pays pour la 2G, avec des fréquences supplémentaires sur 850 MHz à La Habana (= La Havane), Varadero, Ciego de Ávila, Cayo Coco, Cayo Guillermo et Holguín (à l’aéroport et à Guardalavaca) (voir la carte de couverture).

En 2017, l’opérateur public de télécommunications cubain ETECSA a annoncé que ses clients sont désormais en mesure d’envoyer des messages texte à n’importe quel téléphone mobile aux États-Unis et partout ailleurs. Le coût est de 0,60 CUC (0,60 USD), ETECSA précisant que le tarif est « similaire à celui des autres destinations internationales ».

En 2018, environ 789 stations 3G sur 900 et 2100 MHz ont couvert environ 68% de la population et en 2019, ce chiffre est passé à 85% de la population. La société a l’intention de continuer à se concentrer sur l’expansion de la capacité dans le but de réduire les prix et d’ajouter plus d’utilisateurs, bien que l’accès aux appareils mobiles soit un problème en raison de l’embargo américain en cours.

En 2018, ETECSA a également commencé à déployer la 4G/LTE sur 1800 MHz (B3). L’opérateur a commencé les essais de la technologie 4G dans le nord de La Havane et dans les pôles touristiques comme Varadero, Cardenas, Mariel et Bauta. Ce service 4G expérimental n’est actuellement accessible qu’à certains clients en itinérance et à certains clients à forte consommation qui consomment plus de 1,5 Go de données par mois, possèdent des combinés compatibles et passent  » beaucoup de temps  » dans les zones de couverture. ETECSA a pour objectif d’apporter des services mobiles 4G à l’ensemble des 15 capitales provinciales du pays d’ici la fin de 2019.

En 2019, ETECSA a également dévoilé de nouveaux forfaits mobiles 4G/LTE pour les clients prépayés, révélant par la même occasion que 3 millions de ses lignes sans fil accédaient à des services de données mobiles, après le lancement commercial de la 3G en décembre dernier. Le réseau LTE de l’opérateur, quant à lui, a été activé au premier semestre 2019, mais était initialement limité à certains clients à forte consommation. Ce service a été ouvert aux utilisateurs prépayés en octobre dans les provinces de La Havane, Matanzas, Mayabeque, Artemisa, Camaguey, Ciego de Avila, Holguin, Granma, Las Tunas, Guantanamo et Santiago de Cuba

Lire aussi  Equateur : Carte SIM prépayée

ETECSA a installé un total de 3 268 stations de base mobiles sur l’île, dont 1 357 sont des stations de base 2G, 1 438 3G et 473 4G. Le nombre total de stations LTE devrait atteindre 500 d’ici la fin de l’année, dans toutes les provinces, à l’exception de Cienfuegos, qui sera mise à niveau pour permettre l’accès à la 4G l’année prochaine.

Sachez qu’ETECSA, par l’intermédiaire de Cubacel, enregistre tous les numéros IMEI des appareils dès que leur carte SIM est insérée dans le téléphone. Toute personne qui insère une carte SIM dans un téléphone figurant sur sa liste noire des codes IMEI invalides verra sa ligne bloquée. L’ETECSA a déclaré qu’elle avait été contrainte de prendre des mesures en raison de « l’augmentation des rapports liés à des actes criminels, notamment le vol et/ou la perte de téléphones mobiles. » Les utilisateurs dont la carte SIM est bloquée peuvent encore la faire débloquer, s’ils en clarifient la cause auprès d’un bureau de l’ETECSA dans un délai de 5 jours.

Disponibilité

Ces règles sont fréquemment modifiées. À partir de 2018, vous serez à nouveau autorisé à acheter temporairement une carte SIM locale en tant que visiteur ou touriste sur l’île. Vous trouverez déjà des bureaux ETECSA aux terminaux 2 et 3 de l’aéroport international de La Havane.

Selon les nouvelles règles de l’ETECSA, les touristes ou les visiteurs qui séjournent à Cuba pendant au moins trois jours et jusqu’à un an peuvent désormais acheter ou plutôt louer un Contrato Temporal dans tous les bureaux de l’ETECSA. Le prix journalier de la carte SIM est de 3 CUC et doit être prépayé en fonction de la période d’utilisation prévue, mais vous pouvez l’étendre ultérieurement. Vous devez également effectuer une recharge minimale de 10 CUC. Pour les derniers détails, consultez le Contrato Temporal sur le site d’ETECSA.

Tarifs des appels vocaux et des SMS

Les appels vocaux et les services SMS, ainsi que les appels IDD et les textes fonctionnent en entrant et en sortant. Les cartes SIM de Cubacel sont livrées avec des minutes prépayées de 10, 20 ou 40 pesos cubains convertibles (CUC = US$), plus des frais de location quotidiens de la carte SIM de 3 CUC. Vous êtes autorisé à apporter votre propre appareil, à condition qu’il fonctionne avec un GSM 900 MHz. La durée maximale de location est de 45 jours.

Les tarifs sont de 0,35 CUC (de jour) et 0,10 CUC (de nuit) par minute pour les appels à Cuba et de 1 à 1,20 CUC par minute pour les appels à l’étranger. Le jour, de 7h à 23h, la nuit, de 23h à 7h. Les SMS sortants coûtent 0,09 CUC pour un envoi à Cuba et 0,60 CUC pour un envoi à l’étranger. Les appels entrants et les SMS sont gratuits.

Forfaits de données

En 2018, ETECSA a enfin lancé des services d’internet mobile via le réseau 3G de l’île sur 900 et 2100 MHz pour ses propres citoyens. Vous pouvez donc maintenant vous attendre à avoir au moins un internet de base avec une carte SIM Cubacel.

Le tarif par défaut pour les données sans forfait est de 0,10 CUC par Mo et de 0,02 CUC pour les sites cubains. Ces forfaits mensuels sont proposés pour le début :

  • 400 MB : CUC 5
  • 600 MB : CUC 7
  • 1 GB : CUC 10
  • 2.5 GB : CUC 20
  • 4 GB : CUC 30

A tous les paquets 300 MB sont ajoutés seulement pour les sites web cubains. Vous pouvez activer ces forfaits par *133*1#. Sachez que les prix à Cuba sont trop élevés pour de nombreux utilisateurs, car le revenu national moyen de 30 $ se traduit par seulement 4 Go.

En 2019, après l’ouverture de leur réseau 4G/LTE pour les utilisateurs prépayés, ces nouveaux plans pour la 4G/LTE ont été introduits :

  • 6.5 GB : CUC 35
  • 10 GB : CUC 45

L’activation se fait par *133 et ces plans mensuels sont principalement destinés à la 4G/LTE, c’est pourquoi l’utilisation de la 2G/3G est plafonnée à 3,5 Go.

Cela signifie que vous pourrez passer des appels vocaux pour un prix inférieur. Le messager le plus populaire à Cuba est IMO et ne consomme que 5 Mo par minute pour sa fonctionnalité VoIP.

Plus d’informations

Louer un téléphone portable à Cuba

Vous pouvez également louer un téléphone Cubacel à votre arrivée à Cuba et le rendre à votre départ. Les endroits les plus probables sont les bureaux d’ETECSA/Cubacel dans les terminaux #2 et #3 de l’aéroport international José Martí de La Havane.

Ils demandent un dépôt unique remboursable de 100 CUC, plus une redevance quotidienne de 10 CUC pour l’appareil. En outre, vous devez vous attendre à payer tous les frais applicables.

Achat d’une carte SIM par un local

Si vous prévoyez de rester plus de 10 jours ou si vous êtes un visiteur récurrent, vous pouvez demander à un habitant d’acheter une carte SIM pour vous et de l’enregistrer à son nom.

L’achat d’une carte SIM Cubacel Contrato Permanente prépayée coûte 30 CUC et est accompagné d’un crédit de démarrage de 10 CUC. Les tarifs des appels et des messages sont les mêmes que pour l’option de location. Les conditions à remplir par le ressortissant cubain sont indiquées ici.

Recharges

Il existe plusieurs façons de recharger les cartes SIM Cubacel. Des bons de recharge de 5, 10 ou 20 CUC sont vendus dans le pays ou rendez-vous dans un bureau ETECSA. Si vous souhaitez utiliser votre carte de crédit ou le faire depuis l’étranger, vous pouvez acheter des cartes de recharge Cubacel aux États-Unis, au Canada ou en Espagne ou recharger par le biais de Ding ou Cubacalls moyennant un supplément ou vous pouvez utiliser gratuitement eTopUpOnline

Lire aussi  Serbie : Carte SIM prépayée

Depuis 2014, les cartes SIM Cubacel et le crédit chargé restent valables pendant 330 jours après chaque recharge. Il y a ensuite une période de grâce supplémentaire d’un mois, pendant laquelle la carte SIM reste ouverte pour les services entrants uniquement, avant que l’abonnement ne soit résilié.

RecargasACuba

La société irlandaise de paiements mobiles Ezetop/Ding, plus connue pour ses primes élevées sur les recharges, a annoncé un accord avec l’opérateur public de télécommunications cubain Etecsa en 2018 pour permettre aux clients du monde entier de se connecter et d’acheter des SIM et des combinés Cubacel qui seront récupérés localement par les résidents et les touristes à Cuba. Les Cubains qui travaillent loin de leur pays peuvent désormais se rendre en ligne et acheter non seulement des recharges téléphoniques, mais aussi des SIM et des combinés Cubacel pour leur famille et leurs amis restés au pays.

Recharges

L’offre est disponible sur le site web recargasACuba, où les clients peuvent recharger les produits Cubacel, Nauta et Etecsa et acheter des SIM Cubacel et des téléphones portables.

Une SIM Cubacell est proposée au prix de 37,78 €, y compris le crédit de 10 CUC préchargé. Les acheteurs étrangers doivent simplement choisir un bureau Etecsa et préciser certaines données de leur passeport. À Cuba, ils doivent se rendre dans ce bureau, présenter leur passeport et récupérer la carte SIM et/ou le téléphone.

SIM pour touristes

En février 2020, la carte SIM Cubacel Tur a été lancée pour les touristes à Cuba. Elle est disponible à l’achat directement sur leur site. La carte SIM coûte 23,81 € (25 USD) et comprend 2,5 Go de données, 20 minutes d’appels et 20 SMS pour des destinations nationales et internationales. Vous devez fournir des informations sur votre passeport en ligne et choisir un bureau Etecsa où vous pourrez la retirer dans les 30 jours suivant la commande.

La carte SIM touristique n’est valable que pour un maximum de 30 jours et ne peut pas être prolongée dans le temps. Vous pouvez ajouter ce volume supplémentaire en ligne :

  • 600 MB : € 9.61 ($7)
  • 1 GB : € 12.36 ($10)
  • 2.5 GB : 21,52 € (20 $)
  • 4 GB : € 30.67 ($30)

En arrivant à l’aéroport international, vous pouvez retirer le service dans une agence commerciale d’Etecsa ou au Terminal 3 de l’aéroport José Martí ou au Bureau de Cubatur qui se trouve côté piste, avant de vous présenter à l’immigration. Pour plus de détails, consultez ce manuel.

Plus d’informations

Itinérance avec votre fournisseur d’origine

Vous pouvez également choisir l’itinérance avec votre fournisseur d’origine pour les données. Mais vous devez être prêt à payer un prix élevé. Cuba figure fréquemment dans la liste des pays où l’itinérance est la plus chère au monde, juste après les croisières et la téléphonie par satellite.

Cubacel dresse la liste de ces partenaires d’itinérance à l’étranger(consultez ici), mais attention, tous les opérateurs n’incluent pas les données. Il est donc préférable de vérifier auprès de votre fournisseur d’origine avant de voyager. Ceux qui incluent les données bénéficient d’une utilisation exclusive du réseau de données et de la 3G dans certains lieux touristiques comme La Havane et Varadero. La vitesse est considérée comme tout à fait raisonnable, si vous trouvez une cellule 3G.

Tous les grands opérateurs américains ont conclu des accords d’itinérance avec Cubacel après la levée du boycott. Verizon, AT&T, T-Mobile et Sprint vendent maintenant des données à environ 2 USD par Mo, sans aucun forfait. T-Mobile n’a pas inclus Cuba dans sa liste de plus de 140 pays où l’itinérance est gratuite à bas débit.

Tous les fournisseurs canadiens offrent des services d’itinérance depuis longtemps, car ils n’ont pas été touchés par l’embargo américain. Rogers facture 1,50 $ CA par Mo, Telus 10 $ CA par Mo et Bell vend un abonnement de 30 Mo à 75 $ CA. Notez que la plupart des forfaits d’itinérance canadiens ne sont pas valables à Cuba.

Depuis l’Amérique latine et les Caraïbes , Movistar et Claro proposent des services d’itinérance à des prix tout aussi élevés, tandis que certains fournisseurs d’ Europe et du reste du monde proposent également des services de données en itinérance à Cuba. Les tarifs d’itinérance sont extrêmement élevés et variables, comme chez Vodafone en Allemagne, où ils sont de 23,60 € par Mo, mais de 5 £ pour 25 Mo de données par jour, avec 3 £ par Mo par la suite chez Vodafone UK. Vérifiez donc d’abord auprès de votre fournisseur d’origine et recherchez les offres disponibles, si vous décidez d’opter pour cette option.

Points d’accès WiFi (Nauta)

Points d’accès WiFi

En 2015, ETECSA a commencé à installer des hotspots WiFi dans tout le pays, où les utilisateurs peuvent se connecter à l’internet par une connexion WiFi.

Dans un premier temps, 35 spots ont été créés, mais en 2016 déjà 317 points d’accès WiFi ont été installés dans de nombreux endroits différents couvrant toutes les provinces. Il y en a même un à l’aéroport international de La Havane.

1 157 lieux d’accès public à l’internet sont présents en 2016 et environ 193  » Salas de Navegación  » ont été créées où l’on loue des ordinateurs avec une connexion internet, la plupart du temps dans un bureau d’ETECSA(liste des lieux) comme dans les webcafés. Cependant, ces endroits sont très fréquentés car la demande est assez forte.

Lire aussi  Code Promo SIM USA MOBI

Vous pouvez localiser leurs hotspots WiFi ici et les centres de navigation ici.

Cela reste une goutte d’eau dans l’océan pour un pays de plus de 11 millions d’habitants. L’accès peut être lent et les interruptions de connexion sont fréquentes. Le prix est trop élevé pour la plupart des Cubains et les files d’attente pour acheter du temps sont longues. En outre, les installations extérieures sont bondées, manquent d’intimité, sont exposées à la pluie et à la chaleur et attirent les criminels.

En juillet 2015, après de nombreuses critiques, ETECSA a réduit les prix de 56 %, puis de 25 % en 2016. Un accès d’une heure coûte désormais 1,50 CUC. Les résidents temporaires comme les étudiants en échange peuvent demander un compte Nauta permanent qui peut être chargé comme un compte prépayé. Les visiteurs doivent acheter des bons d’accès Nauta.

Bons de Nauta

Dans ces lieux et aux alentours, les bons Nauta sont vendus officiellement en trois dénominations différentes. En 2017, les prix ont de nouveau été abaissés :

  • 30 minutes : 0,50 CUC
  • 1 heure : CUC 1,00
  • 5 heures : 5,00 CUC

Comme tous les bons ont le même prix de base de 1 CUC par heure, c’est surtout le bon horaire qui est disponible. Vous ne pouvez acheter que 3 bons à la fois. Le crédit est valable pendant 30 jours après la première connexion.

Il y a parfois de longues files d’attente devant les guichets. C’est pourquoi un « marché secondaire » a été créé à de nombreux endroits. On vous proposera les mêmes cartes moyennant un supplément de 2 ou 3 CUC, par exemple. C’est illégal, mais c’est une pratique courante pour éviter les longues files d’attente. Vérifiez simplement que votre mot de passe n’a pas été rayé auparavant. En outre, sachez que des vols de téléphones et d’ordinateurs portables ont eu lieu dans ces endroits. C’est quelque chose qui n’a jamais été vu auparavant à Cuba.

Se connecter à un hotspot cubain

Pour vous connecter à un hotspot cubain, vous devez vous rendre dans l’une de leurs zones de hotspot, que vous pouvez facilement trouver en vous promenant ou en consultant la liste et la carte.

Vous devrez acheter une carte Nauta et apporter votre propre appareil. Ensuite, connectez-vous à WIFI_ETECSA en ignorant un vieux certificat de sécurité. Vous serez dirigé vers leur page d’accueil. La carte Nauta comporte un code d’accès et un mot de passe que vous devez saisir.

Vous devez vous déconnecter manuellement, sinon vous perdrez le reste de votre crédit. Pour vous déconnecter, tapez 1.1.1.1 dans la barre de recherche. Là, vous demandez à vous déconnecter et cliquez sur « cerrar sesión ». Si vous n’avez pas utilisé votre heure complète, le crédit restant sera disponible pour une utilisation ultérieure. Si le service tombe en panne et que vous ne pouvez pas vous déconnecter, vous pouvez oublier le reste de votre crédit.

Pour tirer le meilleur parti de l’internet à Cuba, préparez vos courriers électroniques au format « brouillon » et ils seront prêts à être envoyés lorsque vous vous connecterez à l’internet cubain. Si vous êtes un utilisateur assidu des médias sociaux, préparez vos tweets à l’avance et vos photos Instagram. Sachez quels sites web vous pourrez visiter et ayez un plan d’attaque dès que vous vous connecterez à l’internet car le temps presse.

Problèmes liés aux points d’accès cubains

L’accessibilité n’est pas seulement limitée à l’endroit où vous vous connectez, mais la force du WiFi n’est pas toujours excellente. Il est parfois lent et peut cesser de fonctionner pendant plusieurs jours à certains endroits. De nombreux facteurs influent sur la connexion et la vitesse : la distance par rapport au routeur du hotspot, le nombre d’utilisateurs, voire le mauvais temps.

Si vous utilisez Outlook Express ou l’icône Email, vous pourrez recevoir des e-mails mais pas en envoyer, car les serveurs SMTP des clients ne sont pas pris en charge.

Vous ne pouvez pas utiliser Facetime, Snapchat ou Skype à Cuba. WhatsApp fonctionne, même pour la VoIP, mais les Cubains utilisent surtout l’application/logiciel IMO pour les appels VoIP à l’étranger et la vitesse est suffisante même pour les chats vidéo.

Certains utilisateurs ont fait une découverte surprenante : Leurs appareils Android haut de gamme ont tout simplement refusé de se connecter au hotspot d’ETECSA. Cela n’est arrivé qu’à certains modèles Samsung S3, S4 et S5 Edge (mais pas le mini) et Galaxy Note 4. La raison est ridicule et confirmée maintenant : Ces appareils sont équipés d’un chipset Broadcom 802.11ac intégré pour le « 5G WiFI ». En tant qu’ancienne société américaine (aujourd’hui vendue à Singapour), Broadcom était tenue d’obéir à l’embargo américain. Ainsi, chaque fois que l’appareil comprend qu’il est situé à Cuba, la puce cesse de fonctionner. Il est probable que d’autres appareils Android haut de gamme comme le HTC one ou le LG Nexus 5 et certains routeurs soient également affectés, mais vous êtes tranquille avec tout Android qui ne l’est pas ou tout iOS ou Windows Phone.

Autres points d’accès WiFi

Il y a 615 emplacements tiers comme dans de nombreux hôtels internationaux à La Havane, Varadero et d’autres stations balnéaires qui vendent soit des cartes Nauta (parfois moyennant un supplément et une certaine consommation, si vous n’y séjournez pas) ou des cartes Internet propres pour leur propre WiFi dans le hall de l’hôtel. Les prix varient entre 2 et 10 CUC par heure et la politique d’accès varie. Il est encore très rare de trouver un accès Internet dans votre chambre d’hôtel, en dehors du hall de l’hôtel. D’un autre côté, on rapporte que les vitesses d’accès à Internet dans certains halls d’hôtel sont étonnamment élevées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *